ECC
Eglise du Christ au Congo
Centre Régional d'Appui et de
Formation pour le Développement
 
 
Quelle problématique socio-économique du Bas-Congo?
Introduction
Contexte géo-spacial
Population
Contexte économique
Structures administratives
Probématique

Contact :

B.P: 170 Kimpese
Bas-Congo
R.D. Congo
Email:
crafod@crafod.org
Tél.: (00243) 815111560

(c


LA POPULATION DU BAS-CONGO

L'aspect démographique

La population du Bas-Congo se répartit comme suit :

  • Le District des Cataractes, seul ou avec la ville de Matadi, possède la population la plus importante ; il est suivi par le District du Bas-Fleuve, seul ou avec la ville de Boma ; enfin, le District de la Lukaya est le moins peuplé.
  • Boma et ses environs (le Territoire de Moanda) a une population plus importante que la ville de Matadi, chef lieu de la province.
  • Entre 1984 et 1994, la croissance de la population au niveau des Districts a été plu importante dans le Bas-Fleuve (34 %) suivi des Districts des Cataractes (26 %) et de la Lukaya (24 %). Au niveau des villes de Boma et de Matadi, la première à connu une croissance de loin supérieure à celle de la seconds, respectivement 42 % et 24 %. Pour ce qui est de la croissance de la population par Territoire, trois groupes de Territoires se dessinent : le groupe à forte croissance (Kasangulu 50 %, Lukula et Moanda, chacun 43 % et Seke-Banza 42 %, le groupe à croissance moyenne entre 15 et 27 % (Mbanza-Ngungu, Luozi, Songololo, et enfin le groupe à faible croissance (Madimba 14 % et Kimvula 20 %).

En ce qui concerne la densité en 1984 et 1994, les villes de Boma et de Matadi ont les densités les plus élevées du Bas-Congo. Au niveau des Districts et des Territoires, le Bas-Fleuve et ses Territoires ont des densités plus élevées que celles des Districts et Territoires des Cataractes et de la Lukaya, à l'exception du Territoire de Mbanza-Ngungu.

Si on répartit la superficie et la population du Bas-Congo par secteur géographique d'intervention du CRAFOD, on constate que les secteurs des Cataractes et de la Lukaya ont la superficie la plus étendue, respectivement 31 % et 30 % ; tandis que les secteurs du Bas-Fleuve et de Luozi ont une superficie moins étendue, respectivement 26,5% et 12,5 %. Cela s'explique par la présence dans le Bas-Fleuve et Luozi des plates formes des ONG de développement et des services de développement des Eglises Chrétiennes qui sont bien enracinés dans l'autopromotion des communautés de base. Nous pouvons citer par exemple le CCAD, le CODEL et la coordination des projets de la 23è Communauté Evangélique du Congo qui tous interviennent presque dans les mêmes domaines que ceux du CRAFOD.

La composition ethnique

Le Bas-Congo est une province ethniquement homogène. IL est habité par un même peuple, les Bakongo, à l'exception des groupes apparentés situés à la périphérie qui, du reste, sont souvent assimilés (les Yaka, les Dikidiki, les Teke, les Humbu, etc). Les Bakongo parlent une même langue, le Kikongo, qui constitue un lien vivant entre eux, malgré la diversité des dialectes.

Les Bakongo sont divisés en sous-groupes ethniques (tribus), en clans et en lignages, avec une organisation sociale matrilinéaire,à l'exception de Basolongo.

En conclusion,les groupes les plus importants sont : les Bayombe à l'Ouest, les Bamanyanga au Nord, les Bantandu à l'Est et les Bandibu au Centre-Sud.

Qui sommes-nous? - Quelle problématique socio-économique de la zone d'intervention? - Quelles démarches?
Quels programmes et projets? - Quelle approche de la formation? - Quels impacts? - Quelles perspectives en 2010 ?
Quel défi à relever? - Qu'avons nous déjà réalisés?
- Echo du CRAFOD

(c) CRAFOD, 2005
Envoyer vos commentaires au Webmaster